Sortir de l'Euro


euroL'euro a été un bel espoir de donner l'unité financière à l'Europe. Ce fut une erreur économique dont, depuis 2010 on paye le prix.

Pourquoi ? Parce que la finance n'est pas l'économie et que l'union politique et fiscale n'a pas été faite. Mais il est difficile de reconnaître ses erreurs, surtout quand certains ont intérêt à ce qu'elle durent, comme les grands prêteurs en euros qui croyaient ce prêt sans rique...

Voir ma position ici

Le Figaro 22/06/2011

Gérard Lafay, Jacques Sapir et Philippe Villin, respectivement professeur émérite à l'université de Paris Panthéon-Assas, directeur d'études à l'EHESS-Paris et président de Philippe Villin Conseil, les auteurs considèrent que la monnaie unique n'a plus d'avenir.

L' euro est en crise profonde. Un ou plusieurs pays vont faire défaut. Ceci ne nous étonne pas, et nous l'avions annoncé dès qu'il a été question de le créer. En effet, les pays de la zone euro ne constituent nullement une zone monétaire optimale. Les divergences affectant tant les taux de croissance, les rythmes d'inflation, la productivité du travail étaient trop importantes pour pouvoir s'accommoder d'une monnaie unique, sans intégration politique et fiscale, donc sans l'union de transferts honnie par les Allemands. Loin de provoquer la convergence espérée, la mise en place de l'euro a, au contraire, accentué le phénomène de divergence. En l'absence d'une possibilité de dévaluation, la correction des disparités sur la seule base de plans d'ajustements a condamné les pays déficitaires à une déflation impossible. Enfin, la gestion de l'euro selon Maastricht s'est traduite par sa surévaluation chronique.

Le Forint hongrois était à 220 Forint/Euro en juin dernier. Il est à 305 le 2 mars 2009.

Qui achèterait encore des produits hongrois, si la Hongrie était entrée dans l'Euro ?

Cela n'empêche nullement Mr Gyurcsany de solliciter son entrée dans l'Euro...

euroUn carcan anti-économique impitoyable