Politique

gilets jaunes

La crise des "gilets jaunes" m'inspire deux remarques. Elle montre une erreur pernicieuse de raisonnement économique et elle dévoile une deshérence profonde des missions des élus. Dans un papier écrit il y a près de 2 ans (Démocratie de gestion ? Démocratie politique ?), j'exprimais mes doutes sur la méthode 'Macron'. Le résultat est là. La méthode en question est myope.

algorithme
 
 
 
Pour la première fois, à l'occasion des présidentielles de 2017, deux visions opposées de la démocratie sont proposées aux électeurs.
L'une, traditionnelle, présente des idées, une vision politique. C'est le cas de la majorité des candidats qui disent aux électeurs "voici ce que je propose et le programme qui en découle". C'est la démocratie politique, une compétition de projets. L'acte démocratique est le vote, qui fait le choix.
L'autre, tout à l'opposé, scrute les attentes des électeurs et les leurs retournent, comme si il s'agissait d'un programme. Un algorithme s'est substitué à la pensée, qui parle mieux que la première approche aux egos des électeurs.

Il va falloir choisir...
 

politique

 

 

Le journal "Les Echos" de ce matin, 18/01/2017, publie un article "Les Français réclament un fort renouvellement des pratiques politiques" qui montre clairement (voir les tableaux ci-dessous) l'intérêt des Français pour la politique et, paradoxalement,  leur défiance vis-à-vis de leurs représentants et leurs partis. Je voudrais avancer un point qui me semble important, contenu dans le titre de ce papier.