Quelques notes en passant sur la musique, essentiellement classique.

Voici une édition particulièrement réussie de ce festival !

Quelques moments forts :

- Müsennâ : Un pari impossible : unir musique et danse de l'occident baroque et des arts traditionnels turcs dans un concert-mime-ballet-parodie.
Et c'est réussi ! En grande partie grâce à Cécile Roussat et Julien Lubek qui en sont le ciment. Un conseil, allez voir leur site !

pluhar- Gli Incogniti et Amandine Beyer nous donnent un beau concert "Rosenmüller" sur une musique qui n'a peut-être pas la taille des grands maîtres, mais que leur talent magnifie. Plus riche est le disque d'Amandine Beyer de "Matteis", qui sort sous le label du festival chez Zig-Zag.

- Un superbe "Sixième livre de madrigaux de Monteverdi" par Les Arts Florissants dirigés par Paul Agnew et dont la mise en espace est une grande réussite.

- Et, le dernier soir, l'Arpeggiata nous offre " Rappresentatione di Anima e di Corpo de Cavalieri", avec une mise en espace un peu bridée par la scène de Sablé, mais qui donne vie au spectacle, au texte d'une naïveté un peu affligeante.

Et, si le coeur vous en dit, vous trouverez ici quelques photos.

La création de musique polyphonique serait-elle un signe identitaire de l'Europe ?

Pour aller plus loin, voir ici.